Les variations du français dans le monde

Si vous donnez des cours à des niveaux avancés, il pourrait être intéressant de se pencher sur la diversité de la langue française, en France comme dans le monde.
Ici, nous parlerons de la langue française dans le monde.


Lien vers article sur les variations de la langue française parlée en France.

La langue française dans le monde

Difficile de parler de langue française dans le monde sans parler de francophonie ! En suivant ce lien, vous verrez mon article sur le sujet.

Une des variantes phonétiques les plus flagrantes est celle du québécois (versus le français « de France »). Selon une vidéo de JeParleQuébécois, l’accent québécois vient de la façon dont parlait les Français-es à l’époque où iels ont colonisé ce qui est devenu le Québec. Suite à une défaite face aux Anglais-es, les Français-es sont reparti-es (XVI/XVII). Depuis, c’est surtout le français en France qui a évolué dans sa manière de prononcer (plus d’articulation, notamment). Bien que globalement similaires, les langues ont aussi évolué séparément au niveau du vocabulaire.
Si vous préférez une version écrite, Corsair Le Mag a rédigé un article sur le sujet. (Il est bon de souligner qu’on parle de « québécois » mais, comme en France et partout ailleurs, il existe des variances régionales.)
Si vous souhaitez faire découvrir le québécois à vos apprenant-es, voici quelques vidéos de natifs/natives : x (surtout de la phonétique), x (tournures de phrases), x (expressions).

En Belgique, on parle le français, l’allemand et le néerlandais, selon qu’on est du côté de la Wallonie ou de la Flandre. Chacune des deux parties de la Belgique a aussi ses dialectes. Il n’est donc pas étonnant qu’au contact de toutes ces langues, le français de Belgique ait évolué différemment de celui de France. L’exemple le plus cité est bien évidemment la prononciation des nombres (70 = septante au lieu de soixante-dix en France). (*) Néanmoins, la différence est surtout phonétique : on parlerait alors plutôt d’accent belge (même si certain-es disent qu’il s’agit en fait de l’accent bruxellois, parlé à la capitale). Parmi ces différences, il y a moins d’articulation et les voyelles sont plus longues (voire deviennent diphtongues) (*).
Exemples d’accent belge : x (différences de vocabulaire), x, x.

En Suisse, c’est un peu similaire, puisqu’on y parle le français, l’allemand, l’italien et le romanche. C’est la présence de l’allemand, plus forte que les autres (*), qui influence le français de là-bas, notamment au niveau du vocabulaire. Au niveau phonétique, certaines différences telles que le « r » roulé sont en disparition, tandis que d’autres persistent (phonèmes [a] et [â] différents en Suisse mais identiques en France) (*). En réalité, il existe plein d’accents suisses qui dépendent des régions.
Quelques liens : x (accents suisses), x (expressions suisses), x (présentation du pays).

On doit bien évidemment la présence du français dans certains pays d’Afrique comme d’Asie-Océanie à la colonisation.
De cette colonisation sont nées des langues françaises. Par exemple, en Côte d’Ivoire, où il y a le français standard notamment pour les élites et nécessaire à la réussite, et le français populaire parlé par la population non scolarisée. Comme ce français populaire est plus parlé qu’écrit, ce sont surtout des différences phonétiques qui existent. (*) (*)
Au Cameroun, la coexistence du français et de l’anglais comme langues officielles a mené à la création du Camfranglais / Francanglais par les jeunes, très différente du français puisqu’elle inclut de l’anglais et du camerounais.
Vidéo sur des accents surtout de pays africains (Ivoire, Gabon, Cameroun, Tunisie, Guinée, Sénégal), de Madagascar, du Québec, et de Paris (France). Attention, iels parlent tous de sujets différents, cela peut donc être difficile à suivre pour les apprenant-es.
Manalife TV a fait une vidéo où il imite différents accents de pays africains.
Un peu d’humour avec la vidéo de Samia Orosemane sur des accents maghrébins, avec aussi imitation de l’accent camerounais et ivoirien.

Alfoux a fait une courte BD sur le fait que dans certains pays où le français est parlé, celui-ci prend une certaine place (savoir, diplomatie…) qui ne reflète pas son utilisation courante (langue locale parlée avec famille et amis). Intéressant !

En Asie / Océanie, certains pays font officiellement partie de la Francophonie (Vietnam, Laos…). Dans ces pays, l’apprentissage du français est valorisé (*) mais l’on entend et voit peu le français être utilisé. C’est surtout en raison du multilinguisme et de l’ouverture économique de plus en plus grande de certains pays (Japon, Chine, Inde) que le français est valorisé, puisque c’est (après l’anglais) une langue utilisée dans le monde et valorisée dans cette partie du monde. (*)

 


 

Je sais, je n’ai pas parlé de nombreux pays et îles francophones. Je n’ai malheureusement pas les connaissances pour. D’ailleurs, la grande majorité des informations réunies ici proviennent de différents sites. Je ne fais que compiler ! Au final, je trouve qu’il n’y a pas beaucoup d’information sur le sujet en ligne. C’est bien dommage.
Si vous connaissez certaines particularités linguistiques, phonétiques etc., ou si vous souhaitez corriger quelque chose dans mon article, n’hésitez pas à en parler dans les commentaires !

 


Lien de téléchargement du dossier langue française dans le monde

Si vous appréciez mon travail, peut-être pourriez-vous faire un petit don ? 🙂

 

Les variations de la langue française en France

Si vous donnez des cours à des niveaux avancés, il pourrait être intéressant de se pencher sur la diversité de la langue française, en France comme dans le monde.
Ici, nous parlerons de la langue française « de France ».


La langue française « de France »

Je dis « de France » car je sais que ce que je vais mentionner est bel et bien utilisé en France. Il est possible que ce soit le cas également dans d’autres pays francophones, mais je ne sais pas.

Il existe différentes « versions » du français. Par exemple, nous avons le verlan, pour lequel j’ai déjà fait un article donc je ne reviendrai pas dessus. (J’ai entendu dire que le verlan était aussi utilisé en Suisse, mais j’ignore s’il est utilisé dans d’autres pays francophones.)

Ensuite, les disparités régionales, que ce soit de vocabulaire ou d’accent. Même s’il y a moins de variations d’accents en France que dans un pays tel que l’Angleterre, il existe tout de même des accents très reconnaissables pour un-e Français-e lambda. Lire la suite Les variations de la langue française en France

Le festival de Cannes

Je me suis dit qu’il était enfin temps que j’aie un article à ce sujet !

Sur le lien de téléchargement, vous trouverez une fiche d’activité que les apprenant-es peuvent faire de façon indépendante, si vous enseignez à des apprenant-es anglais-es. Si vous n’enseignez pas à des anglophones, il y a quand même des éléments que vous pourriez utiliser. Je vous encourage donc à aller éplucher ce document.

A part ça, il existe tout un tas d’activités disponibles. En voici une petite sélection : Lire la suite Le festival de Cannes

La fête du croissant – Québec

Cette année, la fête du croissant a eu lieu le 25 avril*. En 2021, ce sera le 1er mai.

Mais c’est quoi, la fête du croissant ?


La première fête du croissant a eu lieu en 2011. « C’est une célébration conviviale et gourmande qui rend hommage au savoir-faire des artisans et qui remercient leur clientèle » (source).

Pour cette fête, les artisans boulangers font des croissants roulés à la main, frais du matin, et vendu à 1$ (dollar canadien). Ce n’est pas n’importe quelle boulangerie qui peut participer : elle doit avoir le logo « la fête du croissant » de l’année en cours, garant de qualité et du respect des conditions de production.

Le site officiel de la fête du croissant est parfait pour trouver toutes les informations importantes : présentation, histoire, et même recette de croissant !

Pour faire un cours sur le sujet, je vous propose donc :

Lire la suite La fête du croissant – Québec

Le 14 juillet en FLE

Alors oui, je sais, je suis en avance… Voici une liste d’activités disponibles sur le 14 juillet, fête nationale française.


Sur le lien de téléchargement, vous trouverez une présentation tout prête sur le sujet si vous enseignez à des apprenant-es anglais-es. Vous pourrez utiliser différentes activités : une vidéo avec des questions, un court texte pédagogique sur la Marseillaise et son origine, une vidéo de feu d’artifice en France… Cette présentation se veut relaxante avec plusieurs vidéos qui sont là pour illustrer ce qui est dit.

Si vous n’enseignez pas à des Anglais-es, il y a quand même des éléments que vous pourriez utiliser. Je vous encourage donc à aller éplucher cette présentation.

 


Vous le savez autant que moi, il existe des tas d’activités sur internet à ce sujet. Voici une petite sélection : Lire la suite Le 14 juillet en FLE

La fête nationale du Québec : la Saint-Jean-Baptiste (24 juin)

Bonjour à tous ! Seront prochainement publiés des plans de cours plutôt culturels, que j’ai eu à réaliser pour des Y9 (13/14ans). Je mettrai à disposition la version en anglais et une autre entièrement en français.

Donc, si vous voulez enseigner à des Y9, vous avez un powerpoint déjà tout prêt, avec plusieurs activités à disposition. L’idée est d’abord de questionner les fêtes anglaises, puis de découvrir les activités de la Saint-Jean-Baptiste via une vidéo, suivi d’un court texte avec différentes pistes d’exploitation, avant de créer un programme de festivités (aidé d’un modèle).

Pour un cours de FLE, vous pouvez utiliser la même présentation avec tout en français. Vous pouvez éventuellement utiliser d’autres vidéos, comme celle-ci faite par une native (attention, l’accent sera peut-être difficile à comprendre !). Si vous souhaitez étudier un aspect plus historique, vous pouvez utiliser celle-ci. Si vous préférez étudier l’histoire via la lecture, vous trouverez plein de détails sur le site national. Je n’ai malheureusement pas trouvé grand-chose d’intéressant… peut-être qu’en se rapprochant de la fête de cette année, d’autres ressources apparaîtront !

Bonne Saint-Jean-Baptiste à tous les Québécois et Québécoises 🙂

 

Lien de téléchargement des documents.

Si vous appréciez mon travail, peut-être pourriez-vous faire un petit don ? 🙂

La fête des voisins

La fin du mois de mai approche, il est temps de parler de la fête des voisin-e-s en classe de FLE ! Cet événement, aussi appelé Immeubles en Fête, a en effet lieu le dernier vendredi du mois de mai. D’abord française, cette coutume s’est répandue en Belgique puis dans d’autres villes européennes jusqu’à ce qu’elle devienne la journée européenne de la fête des voisins. C’est même fêté dans certains pays comme le Canada ou la Turquie !

Ce plan de cours se veut culturel et relaxant, amusant.


 

Pour élément déclencheur, mettre une image où on voit des gens et des bâtiments, comme x ou x etc. (trouvées en cherchant « fête des voisins » sur google images) Poser des questions sur le physique des gens, s’iels ont l’air d’être de la même famille ou non, où iels sont, à quel événement… Leur laisser faire des suppositions, puis mettre une des vidéos suivantes :

Demander s’iels connaissent le mot « voisin », et sinon expliquer ce que c’est, poser des questions sur la vidéo selon votre choix, redemander de quel événement il s’agit, et si les apprenant-e-s ont quelque chose de similaire dans leur pays.

Si les apprenant-e-s sont débutant-e-s, iels peuvent créer une affiche pour une fête des voisin-e-s, avec celle-ci comme exemple.

Si vous êtes proche de la fin d’année, pourquoi ne pas faire une prétendue fête des voisin-e-s où les apprenant-e-s ramènent à manger (des plats francophones ou au contraire des plats de chez eux-elles) et discutent, font des jeux ?

  • Un jeu de logique comme celui des maisons où il faut retrouver où habite chaque habitant-e (exemple – remplacer les nationalités / métiers par des noms d’apprenant-e-s. Autre exemple).
  • Des énigmes, comme un-e voisin-e qui a fait quelque chose d’illégal et il faut retrouver qui ! Certain-e-s apprenant-e-s sont des suspect-e-s tandis que d’autres enquêtent. Pour vous inspirer, voyez ceci (vraiment bien!) ou ceci. Faîtes-les se lever pour aller parler aux suspect-e-s !
  • Voyez aussi ici l’énigme numéro 2, rigolote et courte, accessible à tou-te-s.
  • Jeu de sketchs à jouer devant la classe, où un-e voisin-e a un problème avec un-e voisin-e, il faut régler le problème (ou pas !). Gardez ça court et drôle si possible, il ne faut pas que ça devienne une corvée.

Sinon, il y a toujours possibilité de faire des jeux de grammaire et autres.

 


Les images et vidéos sont disponibles au téléchargement sur ce lien  – sauf les jeux de logique, pour ceux-là, merci d’aller directement sur les liens indiqués dans l’article.

 

 

Pâques – form time

Et oui, encore un article sur form time ! J’ajouterai bientôt des articles dans d’autres catégories, mais comme je n’ai actuellement que peu de temps de libre, écrire un article sur une activité de form time est rapide…

J’ai donc fait une courte séquence sur Pâques, juste avant le début des vacances d’avril. Je savais en effet que les élèves seraient intenables à 20 minutes des vacances, je voulais donc qu’on s’amuse un peu.

  • 1 : une pub de Kinder devait jouer pour lancer la discussion (chasse aux œufs – egg hunt) mais pour une raison que j’ignore, cela refusait de fonctionner
  • 2 : je suis donc directement passée à la slide suivante : que faîtes-vous pour fêter Pâques ?
  • 3 : pourquoi célèbre-t-on Pâques, à l’origine ?
  • 4 : en France, il y a la chasse aux œufs (comme en Angleterre)
  • 5/6/7 : combien de lapins et de poules comptez-vous ? Une petite activité qui devrait les faire rire 🙂
  • 8 : agneau pascal
  • 9 : peindre des œufs vides (certain-es Anglais-es font ça aussi)
  • 10 : dessinez votre propre œuf ! Malheureusement, comme iels étaient difficiles à tenir, iels n’ont pas franchement eu le temps de dessiner un œuf, dommage ! 
  • 11 : que veulent-dire ces mots ?

Voilà, une courte séquence pas prise de tête, que j’ai préparée très rapidement la veille. Comme dans la plupart de mes activités pour form time, l’idée n’est pas tellement d’enseigner quelque chose qu’iels pourront réutiliser en classe (vu le programme national anglais, j’en doute). L’idée est vraiment d’ouvrir leur esprit à d’autres traditions, d’autres fêtes, de voir les liens avec leur propre culture ; bref, attiser leur curiosité et les rendre plus tolérant-es, plus ouvert-es au monde.

Lien de téléchargement du powerpoint.

Poisson d’avril ! – form time

Je sais que j’ai déjà publié récemment un article sur cette fête, donc ce sera rapide ! (D’autant plus que la date est à présent largement passée…!)

Comme je travaille en Angleterre, je leur ai d’abord demandé ce que EUX et ELLES faisaient lors de leur équivalent (April’s fool(s)), pour entamer la conversation. C’est avec plaisir qu’iels m’ont raconté les blagues qu’iels avaient faites / vues (cette discussion a eu lieu le 2 avril, n’étant pas présente le 1er).

J’ai ensuite fait le lien avec la France – l’idée de faire une blague et autres est quasiment la même, il n’y a pas de grande différence, si ce n’est la blague du poisson dans le dos ! J’ai donc expliqué ce que c’était. Elleux ont fait le lien avec une blague anglaise/américaine : écrire sur une feuille « kick me » (frappez-moi) et la mettre discrètement dans le dos de quelqu’un, pour que la personne se fasse taper. J’ai dit que oui, c’était similaire, sauf que nous il n’y avait pas de violence !

Ensuite, iels ont créé leur propre poisson, grâce aux modèles fournis. Je leur ai dit que l’idée n’était pas forcément de faire le plus beau poisson, mais plutôt d’avoir un poisson rigolo, intéressant.

La création de ce poisson a pris un deuxième form time, durant lequel nous avons élu les trois meilleurs poissons + celui qui avait le meilleur nom. Iels se sont bien amusé-es !

Le lendemain, un élève est venu me montrer un gros poisson qu’il avait réalisé lui-même, en mettant même du coton à l’intérieur pour apporter du relief ! Ce poisson trône à présent dans mon salon. 🙂

Lien de téléchargement du powerpoint.

Journée de la langue française – le 20 mars (form time)

Cela ne sera probablement pas une surprise pour vous – le 20 mars est la journée de la langue française ou journée de la francophonie.

Pour l’occasion, j’ai décidé de faire un powerpoint pour mon groupe durant form time. Comme mes apprenant-e-s ont environ 11 ans, et que nous n’avions que 15 minutes, j’ai rendu cela très simple. (Vous trouverez le powerpoint en suivant le lien de téléchargement en bas de l’article.)

  • Je leur ai montré la première slide, en leur disant que durant l’année il y avait de nombreuses célébrations mondiales, telles que la journée des droits de la femme ; puis j’ai demandé à leur avis quel était la célébration de ce jour. Je leur ai ensuite demandé de me dire des mots / phrases qu’iels connaissaient en français, pour les réveiller un peu.
  • Deuxième slide : devinez dans combien de pays on parle français ! Puis je leur ai donné des exemples de pays où on parle français.
  • Troisième : devinez combien de personnes parlent français ! Il y a un lien pour avoir plus de détails selon le pays, si vous le souhaitez.
  • Quatrième : petit débat : pourquoi apprendre une/des langue/s ? Quel est l’intérêt, les avantages ?
  • Cinquième : devoir optionnel. Iels peuvent faire un poster soit sur la langue française (mots préférés, pourquoi iels aiment cette langue, pourquoi il faut apprendre des langues), soit sur des pays francophones (nom, drapeau, où c’est dans le monde, un plat, un monument).

Le lendemain, j’ai récupéré de très jolies affiches, toutes sur les pays francophones ! Cela m’a étonnée, car cela voulait dire faire des recherches, contrairement à l’autre type d’affiche. A mes yeux, cela montre que les apprenant-es sont curieux-euses et veulent en apprendre plus sur le monde !

Evidemment, il y a de nombreuses choses que l’on peut faire pour célébrer la francophonie et/ou la langue française. Je vous invite à lire cet article sur la francophonie, qui vous fournira sans doute quelques idées !

Lien de téléchargement.