Quid des personnes dérogeant au système de genre binaire en français ? (genderqueer)

(Ceci n’est pas un plan de cours, mais une réflexion.)

Voici un lien qui pourra vous aider à comprendre les termes utilisés dans cet article.

Lorsqu’il s’agit de personnes exprimant le genre opposé de leur sexe assigné à la naissance (comme les personnes trans binaires), c’est facile : il suffit de suivre le genre qu’elles expriment. La première chose à faire est donc de leur demander comment elles s’identifient, et comment on s’adresse à elles dans leur(s) langue(s). 

Cela devient plus compliqué lorsque les personnes sortent du système strict binaire, puisqu’il est ancré dans la langue française. Dans certains pays, ces personnes non binaires sont encore loin d’être reconnues, mais dans d’autres, cela avance (ou est déjà établi !). Il faut s’adapter pour pouvoir les inclure dans nos cours de langues.

Certaines personnes expriment un genre mixte, mélangé, qui peut même varier d’un jour à l’autre (genderfluid, genre fluide). Des fois, iels ont décidé de garder le pronom assigné à la naissance ou un autre, et là il suffit de suivre l’accord de ce pronom. Certaines personnes genderfluid aiment juste alterner entre « il » et « elle », et dans ce cas il suffirait d’alterner durant les cours. Dans le cas d’une alternance régulière, on pourrait d’appliquer le système de l’écriture inclusive : le pronom iel / ielle (ou encore yel, yelle, ille…), le double accord (ex : venu.e)… afin d’inclure les deux genres masculin et féminin. Il est également proposé de faire des contractions (brefve, heureuxe) ou des mots-valises (nouvelleau), qui mélangent donc les deux genres masculin et féminin lors des accords.

D’autres personnes se considèrent comme n’appartenant à aucun genre, ce sont les personnes agenres (agenders, non genrés, neutrois). C’est là que cela se complique. Un pronom possible serait « ol », plus éloigné des genres typiques que « iel », et un peu plus connu que les autres pronoms neutres (ul, im, em, iem, ael, ax, ux, ox…). Mais ensuite, comment accorder ? Faut-il utiliser l’idée répandue que le masculin est le genre neutre, et donc accorder au masculin ? Ou, là aussi, utiliser le système de l’écriture inclusive ou des contractions / mots-valises ? Il faut en discuter avec les personnes concernées.

Il y a aussi les personnes ayant plusieurs genres à la fois (bigenre, trigenre, polygenre). Quel pronom utilisé ? « iels » ? « ol » aussi ? « ols » ? Faut-il utiliser un système tel que celui de l’écriture inclusive mais qui ajouterait le pluriel ? (ex : venu.e.s) Tout mettre au pluriel masculin (traditionnellement vu comme le genre neutre) ? Là aussi, il vaut mieux en discuter avec ces personnes.

De manière générale, « iel » et « iels » se répandent de plus en plus en France, et le pronom « ol » fait aussi sa petite place. Ceux-ci seraient donc les pronoms à encourager durant les cours de français, et la question des accords seront à voir au cas par cas avec les apprenant.e.s.

 


Il existe un tas d’identités de genre. Il faut être flexible et à l’écoute – ce sont elleux qui décident de qui iels sont. Avec un peu de pratique, ça vient facilement !

Quelle que soit l’identification de la personne, il vaut toujours mieux lui demander ses préférences lors d’une discussion à part, lui expliquer les possibilités de la langue française, et la laisser choisir. Il vaut mieux éviter de demander devant toute la classe, car pour certain.e.s l’identité de genre est quelque chose de très personnel et iels n’aiment pas qu’on leur demande de façon si ouverte.


N’ayant personne dans ces cas dans mon entourage (à ma connaissance), les informations sont issues de sites internet. N’hésitez pas à me corriger.

Une bonne partie de ces idées a été piochée dans cet article de Unique En Son Genre. Je vous conseille très vivement de vous pencher sur son tableau récapitulatif des pronoms et déterminants ainsi que sur son tableau des accords d’adjectifs

Laisser un commentaire

Laissez un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.