La Francophonie – la francophonie

J’ai eu il y a là de cela des mois l’envie de construire tout un programme de cours autour de la Francophonie : les tous premiers cours, on « construirait » son passeport (pour parler du nom, âge, nationalité…) puis on embarquerait pour un pays de la Francophonie… On étudierait la linguistique correspondante au programme, en prenant des documents authentiques de ces pays, tout en construisant une forte culture.

Cela est bien beau, mais je réalise que cela demanderait un travail titanesque. Je ne considère pas avoir pour l’instant les connaissances et organisation pour un tel travail. Mais peut-être un jour… 🙂

En attendant, faisons un tour des fiches pédagogiques déjà disponibles !

 

Plans de cours

De notre côté, avec des camarades, nous avons mis au point un plan de cours socioculturel vraiment simple. D’abord, en montrant une carte de la Francophonie au tableau, on fait un brainstorming sur ce que c’est, qu’est-ce que ça représente selon eux, qu’est-ce qu’un francophone… Puis on utilise le merveilleux jeu des 26 familles de la Francophonie de MondoLinguo en équipe : à chaque fois qu’un-e joueur-euse réunit une famille, il-elle va au tableau colorier le pays correspondant (sur une carte vierge) et écrit le nom du pays. Mise en commun à la fin via une carte vierge que chaque apprenant-e aura, puis on révise tous ensemble via un autre jeu : trouver le pays sur la carte, ou dire le nom du pays demandé.

Il serait tout à fait possible d’intégrer dans ce plan un objectif linguistique, par exemple les articles devant les pays. Cette carte de l’Afrique francophone pourrait servir d’exercice d’application, entre autres.

Alphabet français – épeler

1. Selon l’âge de vos apprenant-e-s, il est tout à fait envisageable de leur mettre la chanson de l’alphabet, avec si possible un visuel intéressant (les lettres affichées en même temps), par exemple avec cette vidéo.

2. Écrire les lettres au tableau. Pointer une lettre du doigt et les apprenant-e-s doivent la dire à haute voix. De plus en plus rapidement, pour que ça devienne un automatisme.

Également envisageable : partir d’un-e apprenant-e dans un coin de la salle. Iel commence par la première lettre de l’alphabet. La personne derrière ou à côté dit la seconde. Ainsi de suite, tout le monde donne sa lettre, pour que tout le monde passe. On recommence depuis le début s’il y a beaucoup d’apprenant-e-s. Puis l’enseignant-e pointe une personne au hasard qui continue, puis une autre, etc. pour que l’attention soit maintenue.

3. Version Originale (A1) propose de leur donner un dictionnaire, pour qu’iels cherchent trois mots qui sont importants pour elleux. Iels en épelleront au groupe (l’enseignant-e ou un-e apprenant-e peut écrire les mots au tableau).

4. Si vous venez de faire les prénoms et noms, vous pouvez tout à fait faire une petite activité là-dessus. Lire la suite Alphabet français – épeler

Ponctuation française

Si vous avez des apprenant-e-s qui n’utilisent pas la ponctuation dans leur langue maternelle ou très peu, alors ce plan de cours de apprendre pourrait vous être bien utile. Il utilise un petit texte inventé, ne contenant aucune ponctuation. Via les questions, on découvre l’importance de la ponctuation. Même chose pour une fiche de ISLcollective ainsi qu’une autre. Pour ces plans là, on pourrait utiliser cette image drôle comme document déclencheur.

Pour ma part, je m’intéresse aux différences entre ponctuation française et anglophone, comme le fait une partie des sites que j’ai consultés*. Je m’intéresse notamment à l’espacement avec les autres mots.

# On peut commencer par une image tout simple où il y a des signes de ponctuation française, comme celle-ci. Normalement, les apprenant-e-s devraient reconnaître, à part éventuellement les guillemets selon la littérature précédemment étudiée (ou non). On pourrait peut-être ensuite leur demander s’ielles savent comment se nomment ces signes. Ensuite :

Lire la suite Ponctuation française

L’écriture inclusive

Des mois après tout le monde, je m’intéresse au sujet. Je suis pour ma part en faveur de l’utilisation de l’écriture inclusive. J’essaye à présent d’y avoir recours dans mes articles, mais les habitudes ont du mal à changer. 


Plans de cours déjà disponibles sur d’autres sites :

Ces plans de cours sont très intéressants et vous aideront grandement si vous souhaitez aborder ce sujet en cours.

Voici ce que je vous propose, à un niveau minimum B1 je pense.


# On pourrait commencer en écrivant au tableau des exemples contenant des adjectifs, en ne mettant aucun accord. Demander aux apprenant-e-s de compléter, en explicitant quelle règle a été utilisée. Ainsi on pourrait avoir : Lire la suite L’écriture inclusive

Y6 CM2 – heure et emploi du temps

Leçon 4 (70 min) (Ce fut ma dernière vraie leçon avec les Y6, après ça c’étaient révisions puis examens.)

L’heure et l’emploi du temps

Durant la leçon 3, nous avons étudiés les nombres de 0 à 60.

Je leur affiche un powerpoint qui explique comment dire l’heure en français, en insistant sur :

  • le fait qu’en France, on dit d’abord l’heure, le mot « heure », puis les minutes (et non pas minutes-« past »/ »to »-heure)
  • « Il est … heure(s) … . » et par exemple « 10h20 » (et non pas « 10:20 » comme en Angleterre)
  • L’horloge des 24h utilisée en France
  • Minuit / midi, qui est très proche de midnight / midday en anglais donc facile à comprendre

Le tout avec plein d’exemples, évidemment, y compris des exemples à trou.

Je leur laisse les informations affichées, et je leur demande de pratiquer avec leur partenaire. Pour cela je leur fournis des petites horloges, mais on peut aussi leur dire qu’un écrit l’heure en chiffre, et l’autre doit la lire avec une phrase complète (« Il est … »). Lire la suite Y6 CM2 – heure et emploi du temps

Y6 CM2 – les nombres

Leçon 3 (35 min)

Les nombres 30-60

Une activité de révision, pour commencer. Ils avaient déjà vu les nombres de 0 à 31. Donc je leur fais tous répéter tous ces nombres. Pour voir s’ils se souviennent aussi de l’orthographe, j’affiche au tableau un mini-jeu où ils doivent retrouver les nombres en chiffres et en lettres. Aussi j’insiste sur « vingt-ET-un », ainsi que sur les traits d’union en général, qu’ils oublient très facilement.

Ce sont des apprenants jeunes, donc ils étaient très contents que je leur mette une chanson avec les nombres, telle que celle-ci. Ils ont chanté avec grand plaisir.

Puis on peut les faire pratiquer de façons différentes. Exemples :

  • par deux. L’un écrit un nombre en chiffres, l’autre le lit.
  • par deux. L’un dit un nombre, l’autre doit l’écrire en lettres.
  • faire des mots croisés
  • en groupes. Dans le sens des aiguilles, un apprenant part de 0, le suivant dit 1, le suivant 2, le suivant 3, … et le cercle se répète jusqu’à atteindre le nombre final. Le but est d’être de plus en plus rapide. On peut travailler par dizaine ou vingtaine etc.
  • individuellement, exercice en classe ou comme devoirs : faire des maths avec les nombres en lettres.

Y6 CM2 – les matières

Leçon 2 (double leçon = 70 min)

Les matières : top ou flop ?

Même principe que la première leçon : je prends la liste des matières, j’en dis une au hasard, et les apprenants doivent dire laquelle c’est, la traduire (il y a des illustrations), puis tout le monde répète après moi.

Puisque, lors de la leçon 1, on avait déjà vu comment dire si on aime ou pas quelque chose, on renforce les connaissances en utilisant les mêmes bases mais en y ajoutant une matière. Ils ont bien compris, alors je leur ai dit d’ajouter « c’est intéressant« , « c’est super« , « c’est bof« , « c’est nul » à la fin de leurs phrases, pour que ce soit plus détaillé.

Puis, avec leur partenaire, ils se demandent « tu aimes … ?« . Il y aurait là aussi possibilité d’utiliser l’activité signez ici.

Je leur mets ensuite une phrase au tableau style « J’aime bien les maths, mais ma matière préférée, c’est le français ! C’est super !« . Généralement, ils se souviennent avoir vu « je préfère » auparavant et n’ont pas de mal à comprendre ce que la phrase signifie. Puis là aussi ils pratiquent avec leur partenaire.

Finalement, un exercice de production écrite, en 7 phrases. Une phrase pour dire son nom (ils ont toujours du mal avec « je m’appelle »…), une autre pour présenter leur école (« Mon école, c’est ……..« ), une autre « j’adore + matière + c’est super« , une autre « j’aime bien + matière + c’est intéressant« , une autre « je n’aime pas beaucoup + matière + c’est bof« , une autre « je déteste + matière + c’est nul« , et « ma matière préférée, c’est ….« .

(^Tout le long du cours, j’utilise un powerpoint pour les guider.)

Y6 CM2 – activités du week-end

Une enseignante étant malade, on m’a demandé de m’occuper des Y6 (équivalent des CM2, niveau A1 – A2) pendant quelques semaines, en mai. Voici ce que j’ai fait avec eux.
Une leçon dure 35 minutes.


Leçon 1 : aimer + verbe infinitif

Sujet : Qu’est-ce que tu aimes faire le week-end ?

On ouvre à la page où il y a une liste d’activités avec illustrations (faire mes devoirs, jouer avec mon chien, visiter des sites internet…). Pour faire un peu de compréhension orale, je dis une activité au hasard, et à eux de me dire laquelle c’est (avec traduction et répétition).

Après leur avoir montré comment faire, ils doivent faire des phrases qui commencent par « j’adore » ou « j’aime bien » ou « je n’aime pas beaucoup » ou « je déteste » + une activité. J’interroge d’abord au hasard, puis ils pratiquent entre voisins via l’activité signez ici. Encore au hasard, je demande qui aime quoi.

En devoirs, ils devront écrire huit phrases sur les activités qu’ils aiment ou non.

(^Tout le long du cours, j’utilise un powerpoint pour les guider.)

Musique francophone contemporaine : les reprises, exemple avec « Un autre monde »

ACTIVITE PREPARATOIRE

Quels sont les éléments intéressants dans une chanson ? instruments, débit de parole, voix, rythme, dansant, ça donne envie de chanter, mélodie, paroles, rimes…
Qu’est-ce qui fait que vous aimez une chanson ? Quels éléments sont importants pour vous ?

Et dans un clip, qu’est-ce qui est intéressant ?
Est-ce qu’il faut de la danse ? Est-ce que vous aimez quand c’est très artistique ou quand c’est simple ?
Est-ce important pour vous de voir les chanteurs / groupes ?
Est-ce que le clip doit raconter une histoire ? Aimes-tu les clips longs ?


CLIP

(Clip de Superbus, à montrer SANS SON)
0:00 – 0:36 : A quelle époque se passe ce clip ? Où ? Décrivez l’homme, que pensez-vous de lui ? A-t-il l’air heureux ou malheureux ?
0:36 – 1:40 : que se passe-t-il ? Que fait l’homme ? A-t-il l’air heureux ou malheureux ? Ses activités sont-elles « adultes » ?
1-40 – 3:29 : Quand il se réveille, que s’est-il passé ? Que fait-il avec sa jeunesse retrouvée ?
3:29 – fin : Comment comprends-tu le clip ? Aimes-tu ?


PAROLES

Lire la suite Musique francophone contemporaine : les reprises, exemple avec « Un autre monde »

Le verlan

Non vous ne rêvez pas, il s’agit bien d’un (petit) plan de cours sur le verlan ! 😉


Pour commencer, on peut afficher le dessin de Bella (? Beua ?) et demander aux apprenants : comprenez-vous ce qui est écrit ?

Puis on visionne la vidéo de Karambolage :

  • 0:00 – 0:52 : s’ils n’avaient pas compris ce qu’est le Verlan, maintenant ils devraient comprendre. Re-demandez-leur ce qu’il y a d’écrit sur l’image.
  • 0:52 – 1:26 : quelle est l’origine du verlan ?
  • 1:26 – 1:56 : puis qui se met à utiliser le verlan ? quand ? dans quel but ?
  • 3:07 – 3:28 : qui est la SNCF ? Pourquoi la SNCF a-t-elle utilisé le verlan ? Est-ce que ça a fonctionné ?
  • 1:56 – 2:38 : « exercice »: pouvez-vous traduire ces mots en verlan ? Et ceux-ci : teuf ? ap ? oim ? zicmu ? ziva ? c’est auch ? zarbi ? tromé ? téci ? reum ? keum ? reuf ? chanmé ? vénèr ? stromae ?
    Vous pourriez même mettre des apprenants en équipe pour les motiver à trouver les réponses. 🙂
  • Puis à eux de prendre des mots au hasard et d’essayer de les verlaniser !

 


Dans ce dossier prêt au téléchargement, vous trouverez les documents mentionnés.


Pour plus d’informations sur le verlan et autres codes du langage (javanais, louchébem, largonji), venez sur BonjourDuMonde !